Culture versus death by Antoine Gigal

La Culture contre la Mort par Gigal

by Gigal
4 comments 1662 views

This post is also available in: enAnglais

La Culture contre la Mort c’est le patrimoine de l’humanité qui est d’une richesse incomparable en vestiges monumentaux, en informations utiles pour nous, en savoir faire, en modes de vie, en cultures différentes. Et les arts et les connaissances d’aujourd’hui s’en nourrissent perpétuellement.

Cependant les enseignements si précieux de nos ancêtres à nous tous, sont de moins en moins protégés, diffusés, utilisés ou même compris, alors que la plupart du temps leurs connaissances font preuve d’une considérable ingéniosité, d’une grande beauté intrinsèque et souvent d’un merveilleux respect de la nature.

Je vous en parle beaucoup dans mes conférences, quand je vous explique les incroyables systèmes hydrauliques de l’oasis de Fayoum en Egypte datant pour certaines parties de plus de 3000 ans avant J.-C. et fonctionnant toujours en symbiose totale avec la nature, d’une perfection incroyable au point où un roi comme Louis XIV (et bien d’autres) féru pourtant de modernité à son époque, y envoya des experts à lui, pour essayer de les copier.

Antoine Gigal ave un enfant égyptien

Gigal avec un enfant dans le désert égyptien-Photo par Antoine Gigal2016

Or, la culture et la connaissance du passé, intégrées dans notre présent, sont primordiales pour éloigner l’ignorance si dévastatrice et si inhumaine d’aujourd’hui. L’ obscurantisme, les préjugés sont des machines de guerre, des manipulations organisées pour essayer de détruire nos élans, notre enthousiasme de la liberté, pour dénaturer nos arts et fait taire la culture millénaire de chaque peuple qui en font toute la beauté.

J’étais en Egypte lors des menaces étrangères sur le patrimoine de l’humanité là-bas, et la très ancienne culture Egyptienne, toujours très vivante dans sa population, fut la grande protection de valeur contre l’odieux. Mes amis Egyptiens se sont organisés nuit et jour pour la culture contre la mort de celle ci, sans épargner leurs efforts. Ils se sont réapproprié leur propre culture, la vie tout simplement. J’ai assisté à des scènes émouvantes de gens très impliqués dans la défense de leur patrimoine et à une organisation sans faille qui n’ont laissé aucune chance aux démons.

Quand nous quittons la culture, c’est comme si nous devenions orphelins, sans racines profondes et que nous voguions au grès de personnes ne voyant que leurs propres intérêts individuels. Nous avons remis les rênes de notre destin d’humain à des décisions administratives sans âme, à des événements politiques qui nous dépassent par leur malignité. Nous avons renoncé au simple bon sens qui est pourtant notre seul trésor de bienveillance. Le bon sens nous rend bienveillants car il protège en toutes circonstances, il éloigne les forces du chaos.

En fait : nous mourons à petits feux. Tout devient sombre et comme beaucoup ont décidé pour nous que nous ne sommes plus en mesure de lutter contre l’ignorance, beaucoup de personnes préfèrent ne plus penser. Ils croient qu’en ne pensant plus, ils pourront encore être heureux et ils se tournent vers des divertissements incultes et sans lendemain, où aucun effort n’est nécessaire, qui ne leur apprennent rien, qui éclatent comme de belles bulles de savon dès qu’ils ont terminé.
Et la vie devient triste, avec la crédulité aveugle de certains, l’ignorance érigée en principe et les nombreuses peurs qu’engendrent les conflits exacerbés et le confinement suscité par l’incompréhension qui génère la colère. Et c’est le repli sur soi.

Pourtant tout le monde a une opinion, et veut l’imposer, sans pourtant apporter un baume quelconque sur la situation. Car comme l’a écrit Samuel Butler :  » Les caractéristiques les plus vrais de l’ignorance sont la vanité, l’orgueil et l’arrogance.  Comme par hasard, c’est surtout les ignorants qui souhaitent imposer leurs opinions et qui le font violemment, qui plus est !
Tout le monde a oublié notre Socrate qui a passé sa vie à nous expliquer la différence entre l’opinion ou la croyance et le savoir, le savoir si différent et immortel, notre rempart contre toutes les perversités de l’histoire et de nos petites vies. Car beaucoup ont renoncé ou ignore totalement (parce qu’on leur a pas expliqué) le fameux précepte sur le fronton du temple de Delphes :  » Connais toi toi même « .

FRDelphes

Oui, parce que tout commence par là : un profond travail sur soi : ce que nous sommes, nos aspirations, quels sont nos ancêtres, comment ont ils vécu et pourquoi. Je n’ y ai pas échappé à cause de ma grande curiosité. Tout ceci nous plonge dans une humble quête de notre propre culture et nous nous mettons à comprendre beaucoup de choses, à nous trouver des modèles de vie, à nous plonger dans ce que nous pourrons accomplir à notre tour : nous nous construisons nos propres aspirations, nous nous perfectionnons pour atteindre nos rêves. Nous créons notre propre culture et en même temps nous nous rattachons à la culture plus générale.

La Culture doit être pour chacun, une source de développement personnel et économique loin de tout endoctrinement, idéologie, et libérer la jeunesse de l’autodestruction et des sirènes violentes, car elle est précieuse à notre sang, elle coule dans nos veines depuis des millénaires et nous nourrit dans toute notre créativité. Pour que ni la jeunesse, ni les gens âgés n’est ce sentiment d’abandon, ce parfum mortifère d’être rattaché à rien, de ne pas être respecté et de ne respecter rien, ce sentiment d’être cerné par une société hostile perdue dans le profit et sans véritables valeurs, dans ce trou noir de l’inculte.

Tout le monde est responsable mais peut y remédier en lisant davantage, en s’instruisant, en ne prononçant pas d’avis sans savoir, en ne croyant pas tout sans faire de recherches, en cherchant sur l’histoire de sa famille, de son quartier, de son lieu de vacances ou de ses rêves, en voyageant le plus possible, en apprenant des langues et cultures différentes, en protégeant le patrimoine, en apprenant sans cesse, en admirant sans arrêt nos différences, nos richesses. Nous avons tous un devoir d’éduquer, d’enseigner et d’apprendre en permanence. Et internet encore si mal utilisé est un outil extraordinaire pour tout cela, quand nous savons l’utiliser comme il le faut.
Les anciens égyptiens ne cessent d’expliquer dans leurs textes les plus anciens que la seul chose que nous emmenons après notre mort, qui nous sert pour après, et qui nous rend immortel, c’est notre savoir, toute notre culture apprise et accumulée et ils préconisaient d’apprendre sans cesse, d’étudier sans cesse.

Alors détruisons l’ignorance et agissons pour la Culture. Rappelons nous les mots célèbres de Victor Hugo en 1847 car ils sont toujours d’actualité :  » Détruire la misère c’est ce que je veux. Oui je veux vous précipiter dans le progrès. » (Discours à l’Assemblée contre la peine de mort). Et n’oublions pas que l’ignorance de l’ignorance, c’est la mort de la connaissance et de la Culture

(Je prépare deux ensembles de e-classes pour vous, si vous êtes passionné par les enseignements égyptiens, l’une des séries vous permettra de recueillir les connaissances des anciens prêtres égyptiens et l’autre est un travail sur votre destin avec les philosophes d’Alexandrie) 

Pour être au courant, n’oubliez pas de vous inscrire à la Newsletter de ce blog !

La culture contre la mort par Antoine Gigal

La culture contre la mort Photo©AntoineGigal2016

Texte, Photos & collage ©AntoineGigal-2016
Copyright © 2016. Tous droits reservés.

Inscrivez vous à ma Newsletter pour avoir des News, les derniers articles, les prochains voyages, des cours en ligne, des surprises bientôt ! https://gigalinsights.com/?lang=fr 

This post is also available in: enAnglais

Related Posts

4 comments

Phildor septembre 16, 2016 - 12:17

La Transmission, le Patrimoine, l’Histoire, la Culture sont des choses rarement mises en valeur de nos jours merci Gigal de nous faire partager La Tradition et combattre l’ignorance.

Reply
Alexandre Cosentino août 27, 2016 - 12:22

Un magnifique plaidoyer à la Connaissance, la seule valeur, le seul bagage que tout être humain se doit de faire grandir en son sein. La seule richesse, éprouvée à l’aune de son expérience de vie, imputrescible, incorruptible, inviolable mais qui peut se partager à l’infini dans le temps et l’espace.

Reply
Gigal août 27, 2016 - 10:54

Merci Alexandre, on peux pas dire mieux ! :))

Reply

Leave a Comment

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Subscribe To Our Newsletter

Subscribe To Our Newsletter

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter

Vous vous êtes enregistré avec succès!