Mon approche de l'arche du mystère

« Mon Approche de l’arche du Mystère » par Gigal

by Gigal
1 comment 1588 views

This post is also available in: enAnglais

L’Egypte nous parle du mystère universel de notre vie

Le mystère de notre existence est une caractéristique de nos vies. Il existe vraiment. Nous existons et nous vivons dans ce mystère, la nature extraordinaire de notre réalité que les scientifiques décrivent de nos jours avec la physique quantique et la relativité, d’une manière moins matérialiste. Et ceci implique une nouvelle perspective éthique pour la plupart d’entre nous en nous obligeant à considérer la planète dans son ensemble. Je vais vous parler de mon approche de l’arche du mystère.

Toutes les formes culturelles en Egypte parlent du mystère de notre existence dans l’univers, un mystèrequi interroge alors l’homme fortement, et nous invite à approfondir la connaissance et à mieux comprendre notre nature secrète.

Les anciens Egyptiens sont une source énorme de connaissances dont l’humanité peut s’inspirer et se doit de décoder bien plus, et nous pourrons alors dévoiler peu à peu ce mystère et mieux le comprendre, à condition que cela soit soumis à une recherche sincère, honnête et pragmatique, et que nous remontions le plus possible dans le temps. C’est ce que je tente de faire à mon niveau modeste depuis une vingtaine d’années maintenant.

Mon approche dans mon travail « égyptien », est en fait l’histoire de mon interaction avec l’univers du mystère et l’univers du sacré. Cela m’a forgée toutes ces années.

L’ Ancienne Egypte tient, de mon point de vue, le secret des secrets, car elle a été la dépositrice des mystères concernant l’humanité depuis un temps incalculable… Cependant, pour voir à travers les mystères cela nécessite beaucoup de travail, beaucoup de déchiffrage, de décodage et de parvenir à obtenir une vue d’ensemble de toute la connaissance ce qui est très difficile car cela nécessite des années d’immersion et d’étude, et des années à parcourir tout le territoire du nord au sud de l’Egypte. Il faut accueillir aussi une bonne dose d’humilité pour subir ce processus qui s’impose à vous, plutôt que de vous imposer à lui, et loin de toutes les sortes de scoops médiatiques de courte durée. Mon approche est vraiment celle d’une investigatrice, d’une détective. Je suis des traces, je traque des détails, je rassemble les morceaux d’un énorme puzzle s’étirant sur un grand espace et un temps infini et je creuse les strates en « détective archéologue de l’histoire ».

Si l’Egypte me fascine et m’inspire autant c’est parce que l’Egypte est conçue comme une « arche de mystère», et ce mystère nous offre la possibilité de nous construire aussi… Le territoire égyptien est cet arche de mystère, un espace paradoxalement ordonné, qui a été soigneusement subdivisé il y a longtemps, en 42 Nomes avec des limites parfaitement marquées par des canaux d’irrigation. Un quadrillage parfait de toute la terre d’Egypte aujourd’hui en grande partie recouverte par le sable. Cette terre a été planifiée, subdivisée et quantifiée plus que tout autre dans l’histoire et ceci des deux côtés d’un fleuve : le Nil presque droit allant du Sud vers le Nord, avec autour, sa myriade de réseaux souterrains s’étirant de Giza à la Libye, et probablement jusqu’à l’Atlas, de Mokkatam (un quartier de l’Est du Caire) à la mer Rouge, et à Abydos dans le sud. Et il y a l’énigme de nos origines, ce que les textes anciens nous disent au sujet d’une vie provenant des étoiles circumpolaires, les techniques de construction et de reconstitution de différents types de pierres, des techniques de construction de bateaux extraordinaires, des systèmes hydrauliques sophistiqués et étanches, une géométrie parfaite, des registres d’observations stellaires, une chirurgie avancée, une vision de l’écologie et du respect de la nature, sans compter les connaissances spirituelles, le monde souterrain du Duat, et la terre mystérieuse de Punt … il y a vraiment beaucoup de choses à encore élucider!

Antoine Gigal dans la tombe d'Ankhtifi: Photo par Antoine Gigal-2016

Antoine Gigal dans la tombe d’Ankhtifi: Photo par Antoine Gigal-2016

A présent, l’humanité est à la recherche de solutions pour sa survie et les anciens Egyptiens ont réussi à transmettre à travers les âges beaucoup de connaissances inestimables et de précieuses indications. Ceci, en dépit d’une destruction inhérente au temps, même parfois de falsification (d’ordre politique, historique), mais surtout en dépit de beaucoup de mauvaises interprétations sur leur Science ou de compréhension limitée à leur égard et de mauvaises traductions.

Je suis même certaine, à l’instar de Champollion qui nous l’a laissé entrevoir (mort beaucoup trop jeune hélas !), qu’ils avaient mis au point des techniques spécifiques pour que leur transmission passe au travers des âges grâce à tout un systèmes d’histoires (que certains appellent : « mythes »), et surtout de codage dans leur écriture et dans leur représentation artistique bien sûr, ainsi que dans le choix des emplacements de leurs monuments et aussi par la transmission orale très souvent oubliée.

Je pense très sincèrement que d’ailleurs le principal objectif des grands prêtres était de transmettre une mémoire précieuse pour des moments décisifs de l’humanité. Gràce à cette transmission, l’humanité peut se situer et comprendre l’univers et ses cycles : encore faut il bien la déchiffrer.

En égyptologie académique on prétend encore (mais heureusement ca commence à changer lisez mon article :    http://www.gigalresearch.com/publications-pharaons.php que tout a commencé vers 3500 avant JC, et qu’après des « nomades ignorants », tout d’un coup, des monuments colossaux que nous aurions du mal a reproduire aujourd’hui, sont apparus avec une agriculture et irrigation sophistiquées, des grands prêtres omniscients , des centaines de dieux, etc … Il y a un comme un problème ! L’anthropogenèse soudaine ne peut pas satisfaire la curiosité et l’honnêteté intellectuelle. Par conséquent la connaissance ne peut évoluer que si les gens sont prêts à aller hors des sentiers battus et à penser différemment. Il est important de ne pas interpréter ce que nous voyons à partir de la seule compréhension de notre présent et de notre environnement, loin de l’Egypte.

Mon approche de l'arche du mystère-Dans le tombeau de Maïa non encore ouvert au public à Sakkara. Photo©Gigal-2016

Mon approche de l’arche du mystère-Dans le tombeau de Maïa non encore ouvert au public à Sakkara. Photo©Gigal-2016

C’est pour cela que je parcours l’Egypte entière depuis plus de vingt ans, comparant, recherchant, réfléchissant, retournant sur les mêmes sites des centaines de fois, analysant des milliers de livres, rapports de fouille, thèses en plusieurs langues, traduisant des textes de diverses provenances, conversant avec les gens habitant depuis plusieurs générations sur les lieux, remplissant des centaines de carnets de notes, étudiant les vues satellites et les anciennes cartes, partageant beaucoup d’éléments avec des géologues et des ingénieurs sur place. Si je peux faire tout cela c’est aussi grâce à la discipline d’étude et d’organisation que m’a donné l’université pendant les sept ans que j’y ai passé, mais il me fallait prendre ma liberté pour pouvoir accomplir ma tâche sans limitations et sans concessions. J’ai choisi un long chemin indépendant et solitaire plutôt qu’un court et classique mais au moins je suis libre d’aller au bout de mon exigence. Mon chemin demande une immersion totale dans le terrain, beaucoup de temps, d’énergie et de foi mais il est si enrichissant, que tous les sacrifices que j’ai pu faire ne comptent pas !

Texte et photos par Gigal

All rights reserved.©AntoineGigal2016

(Je prépare deux ensembles de e-classes pour vous, si vous êtes passionné par les enseignements égyptiens, l’une des séries vous permettra de recueillir les connaissances des anciens prêtres égyptiens et l’autre est un travail sur votre destin avec les philosophes d’Alexandrie)

N’oubliez pas de vous inscrire à ma newsletter !

Carte de l'Egypte par Sebastien Münster, 1540

Carte de l’Egypte par Sebastien Münster, 1540

 

This post is also available in: enAnglais

Related Posts

1 comment

Phildor septembre 16, 2016 - 12:28

l’Égypte est l’un des pays les plus emblématiques du monde quelle que soit sa dimension présente, passé, futur merci Gigal de nous transmettre ta passion au-delà du temps.

Reply

Leave a Comment

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Subscribe To Our Newsletter

Subscribe To Our Newsletter

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter

Vous vous êtes enregistré avec succès!